Prendre un premier rendez-vous n'est pas une démarche forcément facile, même si l'on en ressent le besoin.  Cela implique tout d'abord d'accepter que l'on se sent mal, que l'on souffre, sans doute suffisamment pour demander de l'aide, et que l'on s'interroge sur ce que l'on ressent. Cela suppose aussi d'accepter que l'on recherche une écoute différente de celle des personnes qui nous entourent, ou de chercher à sortir d'un isolement douloureux.

Mais n'est-ce pas aussi se dire que l'on souhaite ouvrir une porte vers une autre façon de voir et ressentir ce qui nous fait souffrir ?

Bien sûr, cela peut inquiéter, car la part d'inconnu est toujours importante dans une telle démarche. Et franchir la porte du cabinet d'un thérapeute, psychologue ou psychanalyste, est aussi souvent accepter d'ouvrir une porte à l'intérieur de soi, vers ce que l'on ne connaît pas de soi...

Mais n'est-ce pas là, aussi, que s'ouvre la possibilité de comprendre et percevoir autrement ce qui nous arrive ?

Dilution